interiors

Les petits bonheurs du confinement

Puisqu’il faut vivre ces semaines en réclusion forcée, puisque le virus qui saisit la planète et fait rentrer les hommes en leurs demeures nous oblige à la vie immobile, profitons-en pour retrouver le sens du temps et le goût des choses essentielles.

Par Thierry Richard

Aimer

Vous n’avez pas le choix. Entre ces murs, ce balcon, ce jardin pour les plus chanceux, il n’y a que vous et votre entourage le plus intime : femme, mari, compagnon, amante, le tout agrémenté souvent de quelques têtes blondes (ou pas) dont vous aviez oublié à quel point ils grandissent vite. Saisissez donc l’occasion de ces repas en comité restreint, de ces loisirs en commun pour ouvrir des portes, renouer avec les vôtres et leur faire bien comprendre à quel point vous les aimez. Rien ne sera plus essentiel.

Mon petit truc : les 4 vérités. Un tour de table où, avec bienveillance, chacun énonce à tour de rôle les qualités et les défauts des autres membres de la famille. Vous serez surpris(e). Par les uns comme par les autres. Mais on reste calme. Et on devient tous meilleurs.

Réfléchir

Si nos corps sont assignés à résidence, il en va – heureusement – tout autrement de nos esprits. Le cerveau ne connaît pas le repos et ce ne sont pas 4 murs qui vont l’enfermer. Profitez donc de cette pause pour réfléchir. Je veux dire réfléchir vraiment. Pas à la série Netflix que vous regarderez ce soir ou à la recette qu’il faudra orchestrer demain mais à quelques sujets d’importance. Une vie écoulée, des objectifs pour demain, le bonheur… Vous voyez l’idée. Et si vous ne savez pas par quel bout attraper le fil de cette réflexion, pas d’inquiétude : les newsletters de Vivre Slow à venir seront là pour vous guider.

Mon petit truc : Isolez vous ou, si vous le pouvez (une heure, c’est possible), filez marcher. Pas de streaming dans les oreilles, pas de podcast en retard à écouter mais juste le fil de votre pensée en commençant par la question critique du “suis-je vraiment heureux ?”

Ranger

Cela tombe bien : le Printemps passe par la fenêtre. Saisissez l’occasion pour nettoyer votre cerveau en même temps que votre appartement/maison. Trier l’inutile, ordonner, donner, remettre en état : voilà qui carwashe l’âme autant que votre intérieur. Le résultat est garanti. Une sensation de légèreté en vidant les poubelles. Le plaisir du don de ce que vous n’utilisez plus (n’oubliez pas ces livres qui feront des heureux). La satisfaction béate de la remise en service de cet objet que vous pensiez cassé et que vous réussissez à remettre sur pied. Merci les tutos Youtube ! Ranger c’est s’alléger. Et en ce moment, on en a bien besoin.

Mon petit truc : l’application Geev pour le don d’objets et de nourriture entre particuliers. Un excellent moyen de faire plaisir et de lutter efficacement contre le gaspillage.

Jouer

Vous vous souvenez de vos 14 ans ? De ce goût immodéré pour le dessin, de cette passion pour la guitare électrique, de cette envie dévorante de devenir un(e) grand(e) écrivain(e) ou un(e) photographe reconnu ? Bénissez le ciel : une opportunité vous est donnée de reprendre le fil de l’histoire où vous l’aviez laissée et de renouer avec ces passions trop longtemps enfouies. Prenez donc quelques heures pour replonger dans les Canson, les accords barrés, les livres de science fiction, de Jane Austen ou le développement argentique. Car même si la nostalgie n’est plus ce qu’elle était, retrouver quelques sensations anciennes et le plaisir qu’elles procuraient valent bien un petit effort. Bien sûr, si votre passion adolescente s’exprimait sur les cours de tennis, les choses seront un peu plus compliquées. Mais j’ai confiance en votre créativité en salle.

Mon petit truc : un détour par Youtube pour vous rafraîchir les méninges et retrouver quelques gestes techniques oubliés.

Lire

Je le sais, ce n’est pas toujours simple, entre deux confcalls de boulot, le e-apéro de 19h30 et la classe des enfants à domicile, de retrouver un peu de calme. Mais avec une bonne organisation, des priorités convenablement définies et une juste répartition des rôles, vous allez en avoir du temps ! Profitez-en donc pour détourner le regard des JTs anxiogènes et bégayants, des réseaux sociaux confinés tournant à vide et d’un Google News commentant les commentaires de ceux qui ne savent, au final, pas grand chose. Attrapez un livre dans la bibliothèque, versez-vous un bon verre (whisky ou Chardonnay, je ne suis pas sectaire) et retrouvez le monde qui s’offre à vous entre les pages. Lentement.

Mon petit truc : on ne se dit pas “je vais profiter de l’occasion pour lire la Recherche moi qui n’ai pas ouvert un livre depuis 5 ans”. On démarre modestement, par un recueil de nouvelles par exemple. Ou même votre BD préférée. Et on voit.

T.R.

Retour haut de page